Search
Close this search box.

Je suis une manipulatrice (et vous aussi… )

Sommaires

Si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez certainement été manipulés.

 

Par un titre accrocheur ou appâtés par une photo…

 

Je me documente pas mal sur les mécanismes de la manipulation, de la séduction, j’ai toujours été intriguée par ceux qui séduisent inconsciemment ou qui, malgré un physique ingrat, collectionnent les conquêtes. Mais là, on va parler d’un petit bouquin très bien fait : Le décodeur de la manipulation. Il ne propose pas de techniques séduction mais tout un éventail de techniques de manipulation de tous les jours et comment y faire face.

 

Alors oui, je suis une manipulatrice (non, pas parce que je suis une femme… ) mais vous aussi ! On l’est tous à des degrés différents.

 

Manipuler c’est influencer

 

La manipulation c’est influencer en utilisant des moyens détournés pour obtenir ce que l’on souhaite. C’est nier le libre arbitre de l’autre, chercher à faire faire, penser ou ressentir quelque chose. C’est le contraire d’une conversation franche et respectueuse en liberté.

 

Sans nous en rendre compte, on subit (et faisons subir) chaque jour des manipulations. Souvent presque imperceptibles par le manipulateur tellement c’est devenu commun.

 

– « C’est pour ton bien », « 9,99€ «, « Je disais ça pour plaisanter », « Tu ne peux pas me faire ça ! » « Tout le monde en a un ! » Des phrases communes mais manipulatrices.

 

Bien entendu, il existe plusieurs degrés de manipulation. Et aussi plusieurs sortes. Elles peuvent provenir de la famille, des amis, de vendeurs, collègues, patron… Le tout est de pouvoir les détecter et savoir y répliquer délibérément.

 

Un exemple de manipulation :

 

Les sous-entendus et l’ironie : Dire quelque chose sans vraiment le dire ou sous couvert de plaisanterie pour prendre l’avantage sur l’autre. Humour oui, ironie non.

 

Exemples : « Si seulement quelqu’un pouvait m’aider », « elle fait du bon boulot ta copine, elle » « Ça va, je rigolais, tu n’as pas le sens de l’humour toi »

 

Répliques : « As-tu une demande à me faire personnellement ? », « Que dois-je comprendre exactement ? « Ça ne me fait pas rire, plus sérieusement, que penses-tu vraiment de … », « Je n’apprécie pas ce que tu dis, ni que tu essaies de me dicter la façon dont je dois prendre les choses. »

 

Voici les autres principales méthodes de manipulation

 

La flatterie conditionnelle : Faire comprendre à l’autre qu’elle perdra de son image si elle n’exécute pas ce qu’elle demande.

 

La dette artificielle ou le donnant donnant : Rendre l’autre redevable en lui donnant auparavant une faveur non sollicitée.

 

Le piège de la cohérence : Amener l’autre à s’engager progressivement dans une direction, de sorte qu’elle ne puisse faire marche arrière sans paraître incohérente.

 

La culpabilisation : Rendre l’autre responsable de ses émotions désagréables, du prétendu malheur ou autre.

 

La victimisation : Obtenir les bonnes grâces de l’autre grâce à l’exposition sa faiblesse ou autre misère.

 

La persécution : Elle peut servir divers objectifs, assoir le pouvoir du manipulateur, flatter son orgueil, humilier.

 

La restriction de liberté : Faire miroiter la rareté d’une offre afin de presser l’autre.

 

Le paradoxe : Donner des indications contradictoires afin de pouvoir reprocher à l’autre de ne pas les avoir suivies.

 

La communication piégée : Amener l’autre à dire quelque chose qu’elle ne souhaitait pas ou qui se retournera contre elle. Confidence pour confidence, prêcher le faux pour avoir le vrai…

 

La pression et l’insistance : Obtenir ce qu’il souhaite malgré le refus en exagérant, insistant, usant.

 

La colère : Utiliser cette émotion pour intimider et faire plier l’autre.

 

La sympathie : Jouer sur la familiarité ou les similitudes pour paraitre proche et diminuer la méfiance.

 

La preuve sociale : Influencer l’autre en évoquant le comportement des autres.

 

Les sentiments et liens familiaux : Utiliser les liens pour s’autoriser des comportements peu acceptables ou obtenir des faveurs.

 

La flatterie : Mettre l’autre dans de bonnes dispositions pour avoir ses faveurs.

 

Le chantage affectif : Jouer avec les sentiments pour obtenir quelque chose.

 

Le mensonge et la mauvaise foi : Cacher ou modifier une info pour influencer.

 

L’autorité : Influencer en s’appuyant sur une « supériorité » de ses connaissances.

 

Contrer les manipulations ?

 

Généralement, pour contrer les différentes techniques de manipulation, le mieux reste de ne pas se laisser envahir par les sentiments et ne pas alimenter ce jeu. On peut aussi dire que l’on a identifié la technique : « J’ai bien peur d’être coincé par un donnant-donnant, je préfère vous rendre votre cadeau. »